Chacun à un moment ou l'autre de sa vie est libre d'entreprendre une direction, de faire des choix. Choix de vie, choix d'action, ou simple réaction selon sa maîtrise ou non de ses pulsions.
Cette liberté est relative certes en fonction de la réalité d'un environnement de vie, mais indépendamment de celui ci, un jour ou l'autre, il appartient à chacun de décider de ce que faire du temps et des moyens qui lui sont impartis durant tel ou tel cycle de vie.

Je me retrouve souvent à passer de cycle en cycle, ainsi.
Parfois à me laisser aller au repos de l'âme et de l'esprit tranquille et sans questionnement, appréciant alors le confort d'une digestion d'un cycle en cours, sans effort, ni nouveauté, ni grand changement d'interaction à accepter ou refuser.
Les besoins et désirs sont alors globalement satisfaits, une route tracée, un itinéraire connu et sans danger vers un horizon clair et rassurant, droit et régulier.
Et comme c'est bon en effet. :)

Parfois surviennent des écueils, des chantiers de vie en sommeil qui exhortent au réveil. L'environnement et ses contraintes, les pressions extérieures souvent génèrent ces périodes de crises qui bousculent certes mais rendent aussi la vie moins monotone quelque part à devoir ainsi surmonter telles ou telles difficultés que la vie veut m'imposer.

Et c'est surtout dans la difficulté que l'on progresse le plus.

C'est dans une période de crise, de réveil, de changement que l'on est amené de gré ou de force à évoluer, à décider, faire des choix, agir différemment.
L'esprit entre alors en ébullition, il s'étire et explore dans tout les sens et guide, ou tente. Le cœur s'anime et vibre, l'âme chuchote ou hurle.
Indépendamment de ce que l'on accepte, pour soi, pour autrui, de ce comment on lutte, pour une bonne cause, ou à perte : quelle sensation d'être vivant !

C'est aussi dans cette période de combat intérieur que l'on révèle sa valeur.

C'est dans ces périodes où l'on erre, où on trébuche, où on se laisse aller à des pulsions, et des désirs, indépendamment de leur nature, de leurs conséquences, et parfois de leurs méfaits.
C'est à ces moment où l'on se montre visionnaire et grand plutôt qu'opportuniste et égoïste. Où l'on s'élève et se révèle beau et noble, maître de soi et de ses pulsions, plutôt que lâche, vampire et parfois simplement vil.
Cela peut devenir tout aussi vibrant et passionnant d'ailleurs que lorsqu'on se bâfre de forfaits, et de franchissements d'interdit, et d'iconoclasmes et autres pieds de nez aux règles, aux principes et à autrui.

Prendre conscience de ce que l'on vit, de ce que l'on accepte ou pas, de ce que l'on décide de vivre par choix et non par soumission aux éléments, aux évènements...
Rayonner de son intime conviction, du bon sens naturel, de clarté et de limpidité pour traverser cette période d'intense vibration. Se libérer de tout, n'avoir peur de rien, agir noblement, avoir l'estime de ses pairs, l'amour des siens, se sentir bien.
Oui c'est rayonnant et vibrant en soi.

Drizzt_Do__Urden_by_Ilacha

Sur bien des points, je suis sur ce chemin actuellement.
Ho j'ai bien encore des chantiers à régler, et des progrès à faire, mais je me sens clair.
Je suis capable d'amour, de respect, d'intégrité, d'acceptation, et de bons combats mérités.
Même si pour cela il y a toujours un prix à payer.

Je vis et fais à peu près ce que je veux dans le cadre de mes moyens propres, je suis libre, autonome et ne crains pas grands chose.
J'ai dépassé cette nature de séduisant personnage ayant besoin de plaire, de sauver, de guider mon entourage, mes compagnes de vie, pour me sentir exister.
Je ne suis plus un ermite sauvage en fuite du monde et de la société.
Au contraire, je suis infiniment plus sociable et ouvert dès lors ou je suis attiré.
Et j'avance toujours un peu plus vers cette espèce de noblesse intérieure, avec intime conviction, détachement réfléchi, et mes émotions, mes élans et passions assumés et une confiance grandissante en moi et en chaque jour un peu plus de bon sens et de sagesse, de dérision et de jubilation à ma disposition.

Même si pour cela, le prix à payer reste encore et toujours d'être à ce point solitaire.
J'éprouve une infinie tendresse pour mes ami(e)s, j'en ai des frissons au fond de ma clairière.

Isildinann

source de limage :
http://ilacha.deviantart.com/art/Drizzt-Do-Urden-49952602